• Je suis partie, le jour de ma rentrée. Malgré le froid et la brume, je n'ai pas écouté mon père et je suis partie sans pull. Un léger frisson me parcourût, j'avais la chair de poule. Il faisait nuit noire et les étoiles étaient encore parsemées dans le ciel. Elles commençaient à s'éteindre doucement une par une.
    Dans la résidence il n'y avait aucun bruit, juste celui de mes pas sur le sol.
    La brume encerclait chaque petit lampadaire, qui n'était pas plus haut que ma hanche. -Sachant que je suis plutôt petite-
    Une fois arrivée au portail, je l'ouvris et il grinça. Il était plutôt rouillé et un bon coup de peinture ne lui ferait pas de mal.
    Je le refermai en douceur pour qu'il ne refasse pas ce bruit atroce.
    Je marchais dans la rue déserte, le bruit du vent dans les feuilles d'arbres. Les feuilles tombaient une par une, c'était l'automne.


    votre commentaire
  • C'est bien de croire en l'amour, mais tant que tu n'aimes pas, cela ne sert à rien.
    Se tenir par la main, s'échanger des mots doux, s'asseoir sur ses genoux... Tout ça ne veut rien dire si tu ne ressent rien. Pas besoin de faire semblant d'aimer, pas besoin de faire autant souffrir, pas besoin de donner de faux espoirs.
    L'amour ne se choisit pas, et toi tu dois faire les bons choix.


    votre commentaire
  • Tu m'avais manqué.

    Ton sourire affiché sur tes lèvres, le son de ta voix, et tout ces petits détails que tu crois sans importance.

    Malheureusement je ne peux pas revenir en arrière, mais je peux essayer de réparer mes erreurs.

    Je suis encore désolée de tout ce que je t'avais fait, mais je suis heureuse que tu sois revenu.


    votre commentaire
  • J'aimerai te serrer dans mes bras, là maintenant, en ce moment même.

    Même si cela est impossible, et qu'on ne se connaît que depuis très peu de temps, j'en ai vraiment très envie.

    Je déplacerai des montagnes pour te rencontrer, te voir ou même pouvoir entendre le son de ta voix...

    Je te dis tout ça parce que tu es vraiment important pour moi et que je tiens beaucoup à toi. Rien que de te perdre me donnerai l'idée de ne plus exister.

    Le problème est que je m'attache trop vite aux personnes, et c'est ça qui parfois me détruit.

    Le fait est que chaque problème à sa solution, et cette solution nous la trouverons ensemble.


    4 commentaires
  • La lune se reflétait sur la vitre du bus. Elle était jalouse car elle n'était plus unique, même si les autres brillaient moins qu'elle. Elle se vantait de briller pour une nuit, et d'être au dessus des étoiles. 

    Malheureusement ce reflet l'embêtait un peu jusqu'au jour où elle découvrit que c'était elle même, et qu'elle se haïssait plus que tout au monde alors qu'avant elle se trouvait si parfaite...


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires